Ferramentas Pessoais
Acessar

Les sièges du Sénat

Le Palais du Comte dos Arcos

 

Demeure construite en 1819, dans la propriété d’une petite ferme, pour être la résidence du Comte dos Arcos, quinzième et dernier Vice-Roi du Brésil. Elle s’étendait de l’Areal à l’extrémité du Champ de Sant’Anna et on y entrait par la Rue des Fleurs. En 1824, cette demeure est acquise par l’Empereur Pierre 1er en vue de l’installation du Sénat. En août 1831, le bâtiment est aménagé mais, en 1919, on le rénove et on y construit une nouvelle façade. Le Sénat y fonctionne jusqu’au 31 décembre 1924, date de son transfert au Palais Monroe. L’ancien Palais du Comte dos Arcos est aujourd’hui occupé par la Faculté de Droit de l’Université fédérale de Rio de Janeiro.

 

 

Le Palais Monroe

 

Le second siège du Sénat est le Palais Monroe, où le Sénat fonctionne à partir du 3 mai 1925. Ce bâtiment avait été projeté en 1904 par l’ingénieur Francisco de Souza Aguiar en vue du concours de l’Exposition mondiale de Saint Louis, aux États-Unis. Il y reçoit la Médaille d’Or, remportée contre 50 autres projets présentés par plusieurs pays.

L’édifice est inauguré le 23 juillet 1906, lors de l’ouverture de la Troisième Conférence Pan-Américaine. Celle-ci est ouverte par un discours du Baron de Rio Branco, qui baptise le pavillon du nom du président nord-américain, James Monroe.

Lors de la dernière séance dans le Palais Monroe, réalisée à la veille du transfert de la capitale à Brasília, en 1960, les sénateurs sont émus de devoir quitter Rio de Janeiro, mais aussi le Palais Monroe.

Ultérieurement, le Palais est démoli : le 11 décembre 1975, le Président Geisel autorise le Patrimoine de l’Union à le faire démolir. Pour découvrir l’histoire de cette démolition, consultez, à la Bibliothèque du Sénat, l’ouvrage suivant : AGUIAR, Louis de Souza. Palácio Monroe: da Glória ao Opróbrio. Rio de Janeiro, Arte Moderna, 1976. 222 p.:il.

 

Le Palais du Congrès national

 

En vue du transfert de la capitale à Brasília, le Palais du Congrès national a été projeté par l’architecte Oscar Niemeyer. Cet édifice classé par l’Unesco réunit le Sénat fédéral et la Chambre des Députés au centre de la Place des Trois Pouvoirs. La symbologie du projet de Niemeyer pose le Congrès comme l’édifice le plus haut de la Place des Trois Pouvoirs, en affirmation de la prépondérance du pouvoir du peuple par le biais de sa représentation. Le bâtiment est doté de deux tours de vingt-huit étages reliées à mi-hauteur, en forme de « H ». Une des tours est flanquée d’une coupole convexe, la plus grande, celle de la Chambre des Députés, en position d’ouverture suggérant un impact direct de l’idéologie. De l’autre côté, une coupole concave et plus petite, celle du Sénat fédéral, indique qu’il s’agit d’un espace propice aux réflexions, aux pondérations et à l’équilibre, où on attache du prix à la maturité et à l’expérience. Ces deux coquilles symbolisent le pouvoir et le système bicaméral.